Créée en 1997 à l’initiative d’anciens mécaniciens militaires tessinois, l’association sans but lucratif Amici dell’Hunter s’est donné pour objectif de maintenir un Hunter biplace HB -RVR en état de vol.

asée à Sion, elle regroupe une dizaine d’acteurs bénévoles, dont deux pilotes expérimentés et des ex-mécaniciens Hunter de l’Office fédéral des aérodromes militaires. Afin de couvrir ses frais opérationnels, l’association propose l’expérience inédite de voler en passager de cet ancien avion de chasse, privilège jadis réservé aux militaires et politiques. Heureux propriétaire d’une Ferrari 360 conçue aux couleurs du Hunter et d’une 430 Challenge, Eric Hauert, Président et pilote de l’Association, a aujourd’hui allié sa passion de l’aviation à celle de l’automobile, toutes deux garantes de vitesse et de sensations fortes.
Rencontre et confidences avec ce dynamique chevalier du ciel et présentation du Hunter, ce bel engin des forces aériennes helvétiques en service de 1958 à 1994.

Une association vouée au Hunter biplace

Perpétuant la tradition familiale, Eric Hauert s’est lancé dans une carrière de pilote militaire avant d’intégrer notre compagnie nationale Swissair, devenue par la suite Swiss Airlines. «Initialement tiraillé entre ma passion pour l’automobile et l’aviation, j’ai finalement suivi les traces de mon père, un choix que je n’ai jamais regretté. Et l’histoire me joue finalement un joli tour puisque mon père est l’un des premiers à avoir volé sur un Hunter… et moi l’un des derniers.»

Pour Eric Hauert, Amici dell’Hunter est avant tout une belle aventure humaine regroupant des passionnés de ces anciens avions de chasse dont il n’existe aujourd’hui plus que 4 exemplaires en Suisse. L’activité opérationnelle et l’entretien de l’avion sont assurés par les vols passagers, les cotisations de membre (Fr. 30.-/an) et également un stand de vente. Le Président nous rappelle brièvement que la conception du chasseur à réaction Hawker Hunter remonte à la fin des années 40, immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale. Au total, 1’927 exemplaires du Hunter ont été produits jusqu’en 1972 en Grande-Bretagne et 445 sous licence au Benelux. L’avion a servi dans 19 forces aériennes dans le monde, y compris l’aviation militaire suisse jusqu’en 1994.

Voler comme les pilotes militaires

Eric Hauert et Yves Rossy, les deux pilotes expérimentés totalisant chacun plus de 15’000 heures de vol dont plus de 1’500 sur avions militaires à réaction (Vampire, Mirage…), se répartissent aujourd’hui les vols passagers et les démos en meetings aériens entre mai et octobre. Baptême de l’air, anniversaire ou autre célébration, chaque occasion reste une expérience unique et inoubliable. Equipé d’une combinaison anti G, d’un casque, d’un masque à oxygène, de gants ou encore d’un parachute, le passager prend place aux côtés du pilote et opte, selon ses envies, pour un vol tranquille ou acrobatique (souvent progressif alternant de petits tonneaux et loopings). Une prestation proposée à Fr. 5’400.- l’heure qui correspond au prix coûtant du vol. Eric Hauert précise toutefois «qu’un examen médical est exigé avant tout vol et que le passager reçoit au préalable des informations pratiques, notamment sur le fonctionnement du siège éjectable.» En 2011, les deux pilotes ont effectué 62 vols passagers ou démo. Grâce à des accords passés avec l’armée suisse, ils peuvent effectuer, selon les secteurs, des évolutions entre 700 et 8’000 m au-dessus du sol.

Quant aux démonstrations en meeting aérien, elles sont limitées à 7 minutes, sauf quoi l’épuisement guette le pilote. Les vols s’effectuent à 30 m du sol, pour les passages horizontaux, et alternant avec des évolutions se terminant au plus bas à 100 m.

Un chevalier Du ciel au volant d’une ferrari customisée

Interrogé sur ses moments forts à bord d’un avion de chasse, Eric Hauert répond sans hésitation: «Un jour, j’étais perdu dans les nuages au-dessus des Alpes, sans aucune visibilité et avec une panne totale des radios. Le Hunter est en effet dépourvu de toute électronique de navigation, on pratique le vol à vue à l’aide d’une carte, d’un chrono, d’un indicateur de vitesse et d’un cap, seul le guidage radar est prévu pour les nuages. Un moment intense jusqu’à ce que je monte retrouver le soleil au-dessus des nuages où un autre avions m’attendait pour faire la percée des nuages en patrouille (lui en contact radio avec les radars et moi volant sans radio à 5m de lui pour ne pas le perdre dans les nuages). Je me souviens également de cette fois où j’étais chef d’une double patrouille, volant par temps gris à 850 km/h dans les étroites vallées de nos Alpes bouchées par les nuages bas. Une expérience éprouvante et lourde de responsabilités puisqu’il est difficile de distinguer le ciel des massifs environnants.»

Les sensations fortes, Eric Hauert les vit aujourd’hui également au volant de ses deux Ferraris. «J’ai acquis ma première Ferrari en 1986, j’en suis à présent à ma 9e avec la Challenge et ma 360 aux couleurs du Hunter que je présente d’ailleurs volontiers aux côtés de l’avion à divers meetings aériens» confie-t-il. Il avoue toutefois être novice dans le sport automobile, son grand rêve – probablement irréalisable selon ses termes – étant de participer aux 24 Heures du Mans.

 

Amici dell'hunter

Editeur:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Chef de produit:

Simon Berliere, sb@roadbook.ch
Tél: +41 22 906 77 70

Publicité:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Adresse:

Roadbook Magazine Suisse
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77
info@roadbook.ch

© 2016 Roadbook Magazine. | Site web Debray / Huit/Onze