Automobile

Les berlingues de la forêt de Bremgarten

By 27 septembre 2018 No Comments

Entre 1934 et 1954, Berne était devenue le haut lieu international des sports motorisés grâce au Grand Prix Suisse. Un des plus grands événements sportifs de Suisse qui recevait la fascinante caravane du sport automobile et provoquait ainsi les premiers embouteillages. Le public se constituait de résidents et de spectateurs étrangers qui affluaient vers le circuit situé dans la forêt de Bremgarten. Le Musée d’histoire de Berne présente l’exposition Grand Prix Suisse 1934-54. Berne à pleins gaz et replace cette manifestation historique dans le contexte de sa signification économique, sociale et technique pour la capitale fédérale mais aussi pour le pays.

«L’exposition présente la signification multidimensionnelle du Grand Prix Suisse pour Berne et la Suisse. Nous détaillons les progrès techniques, les conséquences sur la société, l’économie et le quotidien de Berne. L’enthousiasme collectif et la fièvre contagieuse de la course deviennent ainsi palpables, tout comme les défis et les revers de ce qui était autrefois la plus grande manifestation sportive de Suisse», explique Jakob Messerli, directeur sur Musée d’Histoire de Berne. La scénographie de l’exposition permet aux visiteurs de plonger dans l’univers de l’ancien circuit de la forêt du Bremgarten. En plus de photographies, de graphiques et de souvenirs, il est possible de découvrir 20 voitures et motos de course historiques des années 1930 à 1950. C’est justement en 1950 que la course principale a fait partie du championnat du monde d’automobile nouvellement créé, aujourd’hui mieux connu comme championnat du monde de Formule 1. En plus des courses automobiles, les motos s’affrontaient également dans différentes catégories.

Fascination populaire
«Avant la motorisation de masse et la construction des routes nationales, à une époque où peu de personnes pouvaient s’offrir une voiture, l’intérêt et l’enthousiasme pour les moteurs puissants et la vitesse étaient énormes », explique le commissaire Severin Rüegg. Le Grand Prix Suisse était synonyme de performances sportives maximales ainsi que de progrès techniques pouvant être perçus au plus près par le public.

Conjoncture politique de l’époque et courses automobiles
Avant le début de la Seconde Guerre Mondiale, le duel allemand entre les équipes d’usine de Mercedes-Benz et Auto Union AG, toutes deux financées par le régime national-socialiste, a enthousiasmé les spectateurs. Les nazis ont utilisé la supériorité des véhicules allemands comme un moyen de propagande. À Berne, les saluts hitlériens et les croix gammées faisaient partie de la course. Durant les années de guerre, les moteurs se sont tus à Berne. Ce n’est qu’en 1947 que la compétition a repris et que les conducteurs des équipes italiennes Alfa Romeo et Ferrari ont pris le dessus pendant que les équipes allemandes étaient interdites des courses de Grand Prix jusqu’en 1953.

La fin de l’époque des sports motorisés
Bien que populaire, ce sport était au coeur des controverses: les critiques ont dénoncés la dangerosité des courses qui entraînaient régulièrement des accidents. Le Grand Prix Suisse avait lieu par tous les temps et les pilotes sans ceinture de sécurité et sans casque jusqu’en 1953 devaient faire face à un terrain pu visibles et des conditions difficiles. Lorsqu’en 1955, 84 personnes perdirent la vie et plus de 100 furent blessées lors de la course des 24 Heures du Mans, le Grand Prix Suisse fut annulé la même année. Un peu plus tard, une interdiction nationale fut décidée en Suisse pour les courses de voitures en circuit fermé. Plus aucune course n’aura lieu dans cette forêt mythique.

www.bhm.ch

Editeur:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Chef de produit:

Simon Berliere, sb@roadbook.ch
Tél: +41 22 906 77 70

Publicité:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Adresse:

Roadbook Magazine Suisse
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77
info@roadbook.ch

© 2016 Roadbook Magazine. | Site web Debray / Huit/Onze