Cette année, André Hefti tire sa révérence après 8 années passées à la tête du Geneva International Motor Show (GIMS). RoadBook s’est entretenu avec l’homme qui a su insuffler passion et vision à cet événement automobile incontournable. A l’orée de la 89e édition, il nous parle des nouveautés et enjeux de demain.  

Avant de plonger dans le vif du sujet, revenons brièvement sur l’édition 2018 : l’année dernière, le salon a mis en scène 730 véhicules dont 109 premières mondiales et 31 premières européennes. Pris d’assaut par 662’076 visiteurs (47% en provenance de Suisse), il est le seul en Europe à avoir lieu chaque année et figure parmi les 5 premiers salons automobiles mondiaux reconnus par l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA). Le décor est posé : l’organisation est titanesque et, fort heureusement, gérée de main de maître par André Hefti et son équipe. Le dynamique et attachant Directeur général se retirera toutefois au terme de cette 89e édition pour passer les rênes à Olivier Rihs et embrasser de nouvelles aventures.

L’automobile, un monde en pleine mutation
Nul ne pourrait imaginer que l’édition 2019 pointe le bout de son nez. André Hefti nous accueille dans son bureau à Palexpo, se prêtant au jeu des questions en toute décontraction. Ce Zurichois, qui passe trois jours par semaine dans la cité de Calvin, connaît l’univers automobile sur le bout des doigts après de nombreuses années passées notamment chez Renault. A ses heures perdues, il parcourt les grands salons internationaux pour prendre le pouls de l’industrie et des évolutions technologiques, conceptuelles et communicationnelles. « Les salons aux Etats-Unis sont en pleine transformation. J’ai été très impressionné de découvrir le CES à Las Vegas qui met en scène les dernières avancées et concepts destinés au « grand public ». Ingénieurs de la Silicon Valley, start-ups, influenceurs et autres pionniers rivalisent d’ingéniosité notamment dans l’univers de l’automobile. Le GIMS doit s’inspirer de cette tendance, sans pour autant perdre son âme. Nous nous devons de trouver notre propre voie et de mettre l’accent sur nos points forts. La neutralité de la Suisse est à ce titre un atout indéniable » précise-t-il. A Genève, grands constructeurs, carrossiers, préparateurs et créateurs de haut vol se côtoient en effet en très bonne intelligence, appréciant le traitement équitable réservé à chaque exposant.

Si de nombreux salons voient certaines marques les bouder, le GIMS connaît certes quelques départs mais aussi des arrivées en force. A l’exception de Ford et de Jaguar Land Rover, ainsi que des absents de 2018, toutes les grandes marques automobiles sont représentées. A noter que Volvo n’a pas son propre stand, mais que Volvo Car Group met à l’honneur sa marque Polestar. Parmi les 26 nouveaux exposants, citons notamment Michelin, le groupe allemand Motorworld qui connaît une expansion fulgurante, ainsi que la marque chinoise Arcfox. « Nous accueillons une nouvelle fois un constructeur automobile chinois à Genève. Une excellente nouvelle puisque le marché et l’industrie automobile chinois présentent un énorme potentiel », poursuit André Hefti. Des constructeurs suisses sont aussi de la partie : Kyburz Switzerland, Rinspeed et Piëch Automotive qui dévoilera son prototype électrique Mark Zero, une voiture de sport intemporelle très attendue, se distinguant par son architecture flexible et modulaire.

Shift AUTOMOTIVE
Au vu du bouleversement de la mobilité, les constructeurs et fournisseurs se voient confrontés à des défis en matière d’électrification des véhicules et de mobilité connectée, de véhicules autonomes, de bouquets numériques ou de services de transport. La convention bisannuelle Shift AUTOMOTIVE a vu le jour dans l’objectif d’approfondir ces enjeux et l’avenir de l’automobile. Organisée à Genève et à Berlin, en marge du GIMS et du Salon international de l’électronique grand public (IFA), elle propose une conférence-forum le 6 mars aux journalistes et à un public B2B spécialisé. Discours, exposés et panels permettront d’explorer l’impact des nouvelles technologiques sur notre mobilité et la manière dont elles transforment notre façon de penser, de vivre et de nous déplacer.

Deux expositions à l’honneur
André Hefti se réjouit. En 2018, il est littéralement tombé sous le charme de l’exposition consacrée à Abarth au Salon Rétromobile de Paris. Sans parler de la surprise de découvrir qu’elle appartenait au collectionneur suisse Engelbert Möll ! « Je suis ravi que le GIMS accueille cette année une vingtaine de modèles et pas des moindres : les voitures de course les plus importantes d’Abarth des années 50 à 90 ! » La marque italienne au scorpion n’a cessé de cumuler les succès durant les Trente Glorieuses. Bertone, Michelotti, Pininfarina, Vignale, Zagato… les plus grands carrossiers italiens ont habillé ses véhicules. Dissoute en 1981, la marque officialisait heureusement son retour en 2007… au Salon de Genève !

Côté horlogerie, TAG Heuer sera, pour sa part, à nouveau présente avec une exposition spéciale dans la Halle 3, dédiée à l’histoire et à l’engagement de la marque dans l’univers automobile. Ses chronographes, qui ont repoussé les limites de la précision chronométrique à 1/100e, 1/1’000e et 5/10’000e de seconde, ont marqué l’histoire de courses de légende. Présente sur de nombreux circuits et associée aux épreuves les plus prestigieuses, TAG Heuer leur rend hommage au travers de certains de ses modèles iconiques. Après les 55 ans de la TAG Heuer Carrera en 2018, l’année 2019 marque le 50e anniversaire de la TAG Heuer Monaco. Les visiteurs pourront découvrir ce garde-temps et son histoire, s’immerger dans le savoir-faire de la Maison horlogère et vivre en direct son engagement dans le sport automobile au travers de voitures de collection et de simulateurs de courses.

Autres temps forts
La première nouveauté n’est autre que la refonte du site internet du GIMS qui voit sa conception et son contenu repensés, ainsi que ses fonctions optimisées. « Il a été conçu de sorte à s’adresser à tous nos publics cibles de manière sécurisée, des fans de voiture et visiteurs aux exposants et médias » précise André Hefti.

Dans un esprit interactif, un podium d’animation mettra tous les jours à l’honneur un thème ou une nouveauté telle que la nouvelle édition de l’ouvrage « Les Suisses au Mans » ou encore le livre « Ambassadrice de la marque » (éditions L’Âge de l’Homme) de l’auteure suisse Joséphine de Weck, présenté le 8 mars à l’occasion de la Journée internationale de la femme. L’histoire ? Celle de Marie, hôtesse au Salon de l’Automobile de Genève, qui nous livre son expérience avec une sincérité désarmante au gré des dix jours passés dans ce microcosme. Entre rencontres insolites, émerveillement et ennui, l’expérience la ramènera à ses propres incertitudes…

Finalement, rappelons le premier temps fort du Salon, soit le vote final ainsi que la remise du trophée « Car of the year », le plus ancien et le plus prestigieux prix décerné en Europe depuis 1964. La cérémonie pourra être suivie par le grand public en direct sur les sites www.gims.swiss et www.caroftheyear.org, lundi 4 mars dès 15h.

Bilan personnel
De ses années à la tête du Salon, André Hefti retiendra en particulier l’exposition des 24 Heures du Mans qui réunissait plus d’une vingtaine de voitures ayant remporté la célèbre épreuve, mais surtout et aussi les belles rencontres et discussions avec les exposants, le public et des personnalités telles qu’Emerson Fittipaldi. Il quitte le GIMS qu’il considère « comme le plus beau et le plus humain de tous les salons » plein de souvenirs mais aussi de projets en tête. Entre voyages et activités de conseil dans l’univers automobile, il s’imagine déjà enfourcher son Indian Dark Horse pour s’élancer sur la fameuse Route 66 ou se rendre au Salon de Francfort. « La passion de la moto m’a été transmise par mon père, décédé dans un accident de la route lorsque j’avais 5 ans. Nous avions alors une Indian de 1947 dans notre cave que ma mère a vendue pour la modique somme de 50 francs. Ce souvenir ne m’a jamais lâché et je suis heureux de posséder aujourd’hui une de ces bécanes qui me rappelle mon enfance. » Nul doute qu’André Hefti saura occuper ses journées ! Mais La passion de l’automobile restera toujours son moteur, comme en témoigne la liste des voitures qu’il a conduites ou possédées : de sa première Fiat 500 à la Fiat Abarth, en passant par l’Austin Healey, la Renault Laguna, l’Alpine Berlinette ou encore la Gordini et l’actuelle Mégane GT. « Mon rêve reste l’Aston Martin DB4 ou DB5 pour ses lignes élégantes et sportives, sans être trop sophistiquées » Toute l’équipe de RoadBook lui souhaite bon vent et se réjouit de le retrouver à Genève, Zurich ou ailleurs.
Le Geneva International Motor Show ouvre officiellement ses portes le 7 mars. Billets et renseignements sur www.gims.swiss.fr !

Editeur:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Chef de produit:

Simon Berliere, sb@roadbook.ch
Tél: +41 22 906 77 70

Publicité:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Adresse:

Roadbook Magazine Suisse
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77
info@roadbook.ch

© 2016 Roadbook Magazine. | Site web Debray / Huit/Onze