Si vous ne connaissez pas encore la M.A.D.Gallery, repère de la marque horlogère MB&F, ne ratez surtout pas l’exposition des bolides imaginés par Auto Fabrica. Cette vitrine des « machines » de Maximilian Büsser et créations cinétiques d’artistes partageant la même sensibilité met l’art mécanique à l’honneur, en plein cœur de la cité de Calvin.

Fiches techniques

TYPE 6

Moto d’origine: Yamaha XS650 1979

Moteur

– Pistons avec surdimension de 0,5 mm
– Démarrage Kick Start uniquement
– 2-1 collecteurs d’admission Auto Fabrica
– Carburateur Mikuni VM36

Cadre

– Direction abaissée de 40mm
– Angle de chasse augmenté de 3 degrés
– Section Y sur mesure du sous-châssis arrière

Roues

– Frein à tambour avant Laverda SF
– 19″ avant
– 18″ arrière
– Rayons inox

Carrosserie

– Réservoir en aluminium 2.5mm et selle faits main
– Assise en mousse alvéolée garnie de cuir estampillé sur mesure

Echappement

– Tubes inox 2-2 de 42mm

Suspensions

– Réduction de la hauteur avant de 40mm
– Amortisseurs arrière Hagon

Détails

– Barres en acier inox Auto Fabrica
– Leviers en acier inox Auto Fabrica
– Caches de fourche en acier inox Auto Fabrica

Dernière découverte de la M.A.D.Gallery, Auto Fabrica est née à Londres en 2013 sous l’impulsion des frères Gazmend et Bujar Muharremi. Le premier a fait ses armes dans le design produit, le second dans le design automobile et industriel, imaginant en particulier des créations sur mesure pour une clientèle privée. Liens familiaux, vision commune et complémentarité : une parfaite base pour asseoir les futurs projets d’indépendance de la fratrie.

Une seconde nature

Amoureux d’art mécanique depuis leur plus jeune âge, Gazmend et Bujar ont grandi entourés de motos. « Nous avons toujours assisté les membres de la famille lorsqu’ils entretenaient leurs bolides, c’est devenu notre seconde nature » sourient-ils. Plus tard, ils expérimentent sur leurs propres véhicules, leur permettant de laisser libre cours à leur créativité et de gagner en confiance. Leur style ? La simplicité exprimée à travers des formes d’ingénierie complexes. Si les premiers projets sont restés au stade de tests, l’idée de fonder une société spécialisée dans la customisation de motos fait son chemin fin 2012. Animés par une vision forte, Gazmend et Bujar décident d’imaginer des machines se démarquant résolument sur le marché et emploient volontiers les termes « produits de niche, originaux, uniques, tendance et classiques » pour qualifier leurs œuvres.

Les italiennes, source d’inspiration

« Pour débuter, nous avons pris du recul face aux technologies modernes pour nous intéresser à l’essence même d’une belle machine. Pour nous, les véhicules les plus beaux et les plus convoités sont les automobiles et motos de l’Age d’or, soit des années 1910 – 1980, avec des modèles italiens emblématiques développés par Bugatti, Fontana ou encore Pininfarina. Nous avons analysé le processus de fabrication, qui inclut la carrosserie fait main. Le travail de la tôle occupe une place prépondérante dans notre approche, cet art est en voie de disparition et il ne reste que quelques rares spécialistes au monde dans ce secteur. Nous nous sommes formés en cumulant les tests et les erreurs sur des bolides des années 1930 et 1940 qui étaient justement fabriqués à la main. « Ce sont leurs imperfections qui leur confèrent un caractère intemporel » précise Bujar.
Son frère renchérit « Aujourd’hui, nous nous référons souvent à l’œuvre d’Ettore Bugatti. Il est une source d’inspiration à maints égards. Nous étudions également les automobiles classiques des années 1960. Dieter Rams et sa philosophie axée sur la simplicité a été la clé de notre vision du design. Une conception « simple » et « minimaliste » est souvent très difficile à réaliser si elle est faite correctement. Nous aimons l’idée que nos formes soient si complexes qu’elles semblent être simples, à l’image de notre « Type 6 ». En un mot, nos créations sont complicatedly simple« .

Maîtriser les techniques d’antan

L’apprentissage des techniques de fabrication anciennes fait donc partie intrinsèque d’Auto Fabrica. Les co-fondateurs n’hésitent ainsi pas à confectionner à la main les selles ou encore les réservoirs d’essence. Les détails de chaque pièce réalisée à la main font l’objet d’un soin méticuleux. Outre le travail de la tôle et le soudage au gaz, Gazmend et Bujar utilisent également une roue anglaise au quotidien. « Une belle histoire qui a débuté par la visite d’un vieux monsieur à nos ateliers qui nous a parlé d’une roue anglaise stockée dans la grange d’une amie. Quel bonheur quand cette adorable vieille dame nous l’a cédée ! Elle était jadis utilisée par son défunt mari pour restaurer des Ferrari classiques. Elle date de 1930 et servait à fabriquer des panneaux de carrosserie d’aéronefs. Nous sommes heureux d’avoir à la fois pu faire revivre une technique ancestrale et recycler une vieille machine. Grâce à cette roue, qui occupe un rôle central dans notre processus, nous pouvons concevoir et fabriquer tout ce que nous voulons en aluminium » précisent nos interlocuteurs.

Une signature forte

« Le travail réalisé au niveau de l’échappement fait partie de notre signature. Normalement, d’autres produits manufacturés recourent à des sections d’acier préformées pour la fabrication des systèmes d’échappement. Le résultat: au lieu d’un beau design fluide, la pièce est, à nos yeux, profondément ennuyeuse. A force d’étudier le sujet, nous avons découvert un procédé très ancien appelé pliage au sable. Il n’existe que très peu d’informations en ligne, mais nous sommes tombés sur des livres et nous sommes entraînés. Nous avons appliqué cette technique à nos échappements, elle est très amusante, les résultats sont rapides et la satisfaction énorme. Il y a quelque chose de si beau et d’organique dans les formes ainsi générées par le pliage au sable, nous pensons qu’il confère une personnalité unique à chaque moto. A notre connaissance, nous sommes les seuls à utiliser ce procédé » confient-ils.

Comment procèdent-ils concrètement ? « Notre processus consiste à dépouiller la moto pour la réduire à ses éléments essentiels avant de tout remonter. Dans ce contexte, nous mettons l’accent sur trois parties principales: les roues et le châssis, la carrosserie, et finalement les échappements et le moteur. La plupart des pièces sont fabriquées par nos soins afin de rester fidèles à notre philosophie de la simplicité » ajoute Bujar.

Coups de cœur personnels

Gazmend se souvient volontiers de sa première moto, une Honda VFR 400 NC30 Rothmans Edition. « Elle avait un look très unique, un petit bolide de course parfait pour les débutants. Je l’ai choisi pour sa petite taille et ses belles performances. Actuellement, je roule sur nos créations Type 1 et Type 2 que je partage avec mon frère. Un modèle que j’adorerais posséder est la fantastique Honda NR800, exquise à tous points de vue ». Quant à Bujar, « Sa toute première moto était justement la Type 2, une Yamaha SR500. Une monocylindre de 120 kg, avec démarrage kick start. » Aujourd’hui, il partage les motos citées par son frère et s’il devait se mettre à rêver, il opterait sans hésiter pour la Honda RC166 qui, à ses yeux, est le plus beau deux-roues au monde.

Pour plonger dans la philosophie d’Auto Fabrica, il vous suffit de découvrir les Types 6 et 8 exposées dès le mois de mars à la M.A.D.Gallery. De nombreux projets sont actuellement en gestation dont une Type 11 X Yamaha Yard Build, une Type 12 Harley 1934 custom ou encore une Ducati 749 version spéciale. Etant donné que chaque bolide nécessite en moyenne 6 mois de travail, la production annuelle se limite à 8-12 bolides. Les prix varient bien entendu en fonction du modèle, la Type 6 étant par exemple proposée à £ 50’000.-.

Fiches techniques

TYPE 8

Moto d’origine: Honda CX500 1981

Détails

– Clip-ons Auto Fabrica sur mesure
– Poignées cousues à la main

Moteur

– Entièrement reconstruit

Cadre

– Section arrière du cadre de la selle sur mesure

Carrosserie

– Carrosserie aluminium 2,5mm Auto Fabrica sur mesure (design unique)
– Assise en mousse alvéolée fermée garnie de cuir estampillé sur mesure

Echappement

– Design 2-2
– Acier inox 38mm
– Déflecteurs internes Auto Fabrica sur mesure

Suspensions

– Réduction de la hauteur avant de 45mm, avec ressorts plus rigides
– Amortisseurs arrière Hagon

Roues

– Moyeu arrière sur mesure
– Moyeu avant Honda CB450
– 19″ avant
– 18″ arrière
– Rayons inox

Editeur:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Chef de produit:

Simon Berliere, sb@roadbook.ch
Tél: +41 22 906 77 70

Publicité:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Adresse:

Roadbook Magazine Suisse
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77
info@roadbook.ch

© 2016 Roadbook Magazine. | Site web Debray / Huit/Onze