Récompensée par le très convoité prix de la Chronométrie l’année dernière au Grand Prix d’Horlogerie de Genève (GPHG), la marque De Bethune évolue au firmament de la haute horlogerie indépendante. A sa tête, le binôme Pierre Jacques-Denis Flageollet fait des étincelles, l’un par son talent d’entrepreneur, l’autre par sa vision et son approche innovante de l’horlogerie classique. Immersion dans un univers fascinant.  

Le credo de la manufacture De Bethune est clair : « Ne pas faire plus mais faire mieux ». S’inspirer du passé pour le réinventer et créer des passerelles avec tous les domaines du savoir. La petite marque indépendante tient ses promesses à en juger par une trentaine d’innovations mondiales et 27 calibres, notamment basés sur les 10 brevets déposés par ses soins. Selon l’adage Small is beautiful, elle emploie aujourd’hui près d’une trentaine de collaborateurs pour une production de quelque 150 montres proposées à un prix moyen de 120’000 francs. Des garde-temps témoignant du grand art horloger qui sévit à L’Auberson dans les alpages du Jura vaudois. Une philosophie, une passion et une recherche d’excellence insufflées par Denis Flageollet, fondateur et Maître-horloger de génie. Mais aussi un clin d’œil au Chevalier de Bethune, qui s’était attelé à la mise au point de différents mécanismes originaux au XVIIIème siècle. Les récompenses pleuvent de toutes parts, en témoignent notamment le récent prix de la Chronométrie (DB25 Starry Varius Chronomètre Tourbillon), ainsi que ceux du Meilleur Chronographe en 2014 (DB29 Maxichrono Tourbillon) et de l’Aiguille d’or en 2011 (DB28) désignant la meilleure montre de l’année, trois distinctions décernées par le prestigieux Grand Prix d’Horlogerie de Genève.

Une manufacture indépendante 100% intégrée
Fait rare dans le monde de l’horlogerie, De Bethune maîtrise toutes les étapes de recherche, de développement et de production à l’interne. Horlogers, ingénieurs, concepteurs-designers, micro-mécaniciens, polisseurs et décorateurs œuvrent ensemble, tel un orchestre parfaitement synchronisé, à la réalisation de garde-temps d’exception. L’esprit des grands maîtres horlogers du XVIIIème siècle souffle sur les ateliers qui recourent aux dernières technologies pour réaliser quantièmes perpétuels, tourbillons, chronomètres, secondes mortes, lunes sphériques, roues, ponts, balanciers, ancres, pignons, spiraux, vis, mais aussi boîtes, cadrans, berceaux mobiles et même… aiguilles ! Ici, nulle production en masse, chaque composant est imaginé et fabriqué individuellement avec le souci du détail qui anime la manufacture. La signature de ses garde-temps ? Style pur et contemporain, lignes tendues, finesse des boîtiers, le tout empreint d’audace, de quête du beau et réalisé selon les plus hauts standards du savoir-faire horloger.

Un duo de choc
A la barre d’un beau navire, il faut avant tout un duo complémentaire, parfaite alliance entre créativité, dynamisme, esprit visionnaire, pragmatisme et entreprenariat. Pierre Jacques et Denis Flageollet évoluent justement dans une belle symbiose, tous deux armés de leurs talents respectifs.

Commençons par Pierre Jacques, que nous vous avions déjà présenté en décembre 2016 dans RoadBook. Le « serial entrepreneur » transforme tout ce qu’il touche en or. De nature enthousiaste et modeste, il excelle dans l’art des relations publiques et humaines. Un atout indéniable. Fondateur du fameux magazine GMT avec Brice Lechevalier, il a mené à bien des projets tels que la « Cow Parade » en 2005 à Genève avant de rejoindre Les Ambassadeurs en tant que directeur de la boutique genevoise, puis De Bethune en 2011 en tant que CEO. Nourrissant une affection particulière pour De Bethune, il rejoint à nouveau la manufacture en décembre 2017 comme actionnaire et Président.

Quant à Denis Flageollet, l’âme de la marque, nul ne sera surpris d’apprendre qu’il descend d’une longue lignée d’horlogers. Formé à l’horlogerie et à la micro mécanique en Suisse, il cultive son savoir au Musée du Locle comme technicien horloger en horlogerie ancienne. En co-fondation avec François-Paul Journe, il crée en 1989 la société THA et œuvrera à son développement pendant douze années, de la mise en place des ateliers de mécanique et de production horlogère à la direction technique et supervision du bureau d’étude. En 2002, il fonde De Bethune avec sa méthode bien personnelle : lier savoir-faire et technique contemporaine pour élaborer ses conceptions et prototypes, à la fois pour le mouvement et l’habillage. Une combinaison rarissime et précieuse chez un même homme ! Soucieux de transmettre son expérience aux amateurs et jeunes générations d’horlogers, il a créé une formation en mécanique d’art avec des amis artisans (Nicolas Court, François Junod) qu’il dispense parallèlement à son investissement chez De Bethune.

L’innovation, un moteur constant
La liste des innovations de la marque n’en finit plus et nous vous invitons à les découvrir en détail sur son site. Débutons par les innovations techniques et artistiques : De Bethune a été le premier horloger à intégrer une lune sphérique dans un mouvement. Posée en lévitation, elle évolue au-dessus d’un ciel étoilé. Sa part d’ombre est réalisée en recourant à deux demi-sphères en acier et en palladium exposées à la flamme d’une lampe à alcool. Le premier métal se transforme en un oxyde de couleur bleue, l’autre reste intact. Le tour est joué ! Passons ensuite aux berceaux mobiles qui remplacent les cornes classiques grâce à un système breveté. Ils pivotent depuis l’axe central de la montre, offrant un confort et une ergonomie inégalés au poignet. Le bleuissage du titane figure parmi les éléments distinctifs de l’ADN De Bethune. Une technique qui consiste à chauffer la matière à la flamme pour colorer sa surface en l’oxydant. Un long rituel appliqué à de nombreux composants qui implique plusieurs étapes jusqu’au passage au four à 830 degrés. Autre thème récurrent et exploré en particulier dans la collection DB25, le ciel étoilé. Le client peut choisir la constellation de son choix mise en scène sur un cadran en titane bleui poli-miroir orné de multiples petites goupilles d’or et micro-frappes laser qui recréent la magie des étoiles. Signature unique de la maison : les Côtes De Bethune. Tel le tissage d’une étoffe réalisé avec un certain angle, elles attirent le regard vers le centre de la pièce pour offrir une lecture inédite du mouvement. Pour finir, la gravure microlight modernise la technique du guillochage traditionnel en apportant de la profondeur au décor pour un résultat plus dynamique et architecturé. Passons à présent aux innovations horlogères fondamentales, plus géniales les unes que les autres : spiral De Bethune, balanciers brevetés et échappement De Bethune qui améliorent la réserve de marche de plus de 20%., masse oscillante inédite, triple pare-chute d’absorption des chocs, tourbillon en titane et silicium le plus léger et le plus rapide de l’industrie, seconde sautante rare dans l’univers horloger, système de l’embrayage absolu issu de sept années de recherche, réserve de marche de 6 jours ou encore travaux sur la résonique… l’ingéniosité ne connaît pas de limites.

Garde-temps sous la loupe
La gamme des garde-temps De Bethune comprend une collection courante, ainsi que des « Dream Watch », véritables sculptures d’art au poignet qui font la part belle au design, des pièces uniques qui subliment l’art horloger telles que les fameuses Maestri Art rendant hommage aux gravures chinoises ou encore au Tsubas japonais, et enfin les « chefs-d’œuvre » qui réunissent la quintessence des inventions de la marque. Attardons-nous tout d’abord sur la DB25 Starry Varius Chronomètre Tourbillon, sacrée au Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2018. Une série limitée à 10 exemples affichant un prix de CHF 190’000.-/pce. Si Abraham Louis Breguet avait inventé le tourbillon pour pallier aux contraintes des montres de marine, De Bethune a conçu le sien pour répondre à la dynamique de celles portées au poignet, soumises à des positions rapides et désordonnées. Un trésor de technicité intégrant un calibre mécanique manufacture équipé de son dernier balancier en titane avec inserts en or gris, régulé par le spiral De Bethune doté d’une courbe terminale plate brevetée. A cela s’ajoute un oscillateur de fréquence de 36’000 alternances/h qui permet au tourbillon de 63 composants d’obtenir une précision étonnante au porté. A noter qu’avec ses 0,18 gr, il figure parmi les plus rapides et légers de l’industrie horlogère. Quant à la seconde sautante, elle offre une lecture de précision. Le mouvement est lové dans un boîtier inédit de 42mm en titane poli, avec des cornes parfaitement intégrées pour un excellent confort au poignet. Comme exposé précédemment, le cadran met en scène une sublime Voie lactée.

Grande nouveauté dévoilée en ce début d’année, la DB28GS Grand Bleu, première montre Sport de la Maison de haute horlogerie. Petit clin d’œil au film « Le Grand Bleu », elle est étanche à 105 mètres, profondeur atteinte en 1983 par Jacques Mayol qui a inspiré le long-métrage. Nouveau calibre, une excellente lisibilité même dans les profondeurs abyssales grâce à un éclairage ingénieux intégré au mouvement recourant au principe de dynamo, une lunette inédite qui tourne avec la glace pour donner le temps de plongée, un boîtier en titane pour la légèreté et un bracelet en caoutchouc très pratique, sans oublier la réserve de marche de 5 jours.

Il ne vous reste plus qu’à découvrir ces merveilles dans le showroom contemporain de la marque, niché au cœur de la vieille ville de Genève, ou dans l’un des 25 points de vente exclusifs dans le monde !

Editeur:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Chef de produit:

Simon Berliere, sb@roadbook.ch
Tél: +41 22 906 77 70

Publicité:

A à Z Editions
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77

Adresse:

Roadbook Magazine Suisse
Rue de Lausanne 42
1201 Genève – Suisse
Tél: +41 22 906 77 77
info@roadbook.ch

© 2016 Roadbook Magazine. | Site web Debray / Huit/Onze